• François Loiret

L'inconsistance de la chose selon Hegel.



Dans sa formalité abstraite, la personne se caractérise avant tout par le pouvoir de nier ses appartenances et en ce pouvoir de négation se manifeste sa spiritualité comme volonté libre. Etre libre, c’est d’abord pouvoir se défaire de toute dépendance et toute détermination. Dans cette défection se montre la liberté. Tant que chez des hommes ne peut se manifester ce pouvoir de défection, il n’y a ni personne, ni liberté spirituelle. Par ce pouvoir de défection, le moi s’appartient comme personne. C’est pourquoi la liberté n’est encore manifeste dans la romanité puisque le romain ne se sait pas formellement et universellement comme personne dans son droit. Se constituant dans le mouvement d’un retrait et d’une défection comme pure intériorité, la personne s’oppose à la chose, à la res (Sache) comme pure extériorité. Etre une personne, c’est se savoir comme inassimilable à une chose, c’est se savoir comme non chose. Quel est ici le statut ontologique de la chose ? La présence de la chose demande à être envisagée ici dans sa différenciation avec la volonté libre puisque c’est la volonté libre qui constitue l’essence de la personne.

Dans les Leçons sur le droit naturel et la science de l’Etat, Hegel caractérise la présence de la chose de la manière suivante :

« Pour la sensation, l’extériorité a réalité, nous pouvons l’aimer […] Pour les plans de la finité, les choses extérieures ont réalité, mais pas pour la liberté. ».

De leur côté, les Principes de la philosophie du droit affirment :

« Cette prétendue philosophie qui attribue aux choses singulières immédiates, à ce qui est impersonnel, de la réalité au sens de subsistance par soi et de véritable être pour soi et au-dedans de soi est, […] immédiatement réfutée par le comportement de la volonté libre face à ces choses. Si pour la conscience, pour l’intuition et la représentation, les prétendues choses extérieures ont l’apparence de la subsistance par soi, la volonté libre est en revanche l’idéalisme, la vérité d’une telle effectivité » .

La chose est l’extériorité pure et en tant qu’extériorité pure, elle n’a aucune réalité pour la volonté libre. Dire qu’elle n’a aucune réalité, c’est dire qu’elle correspond avant tout à une absence. Paradoxalement, la présence des choses pour la volonté est celle d’une absence. Certes, nous avons l’habitude de parler des choses comme si elles constituaient une réalité ferme, consistante, comme si elles se tenaient en elles-mêmes et pouvaient nous opposer une résistance (l’en-soi de Sartre), mais cela précise Hegel ne vaut que pour la sensation et l’entendement. Dans le percevoir, il semble bien que les choses se tiennent d’elles-mêmes, qu’elles ont alors une indépendance, mais le point de vue du percevoir est défait par la volonté libre. Lorsque nous parlons de la chose dans sa différenciation avec la personne, la chose se présente comme le non libre, ce qui est radicalement dépourvu de toute liberté et par conséquent de toute indépendance. Face à la personne, souligne Hegel, la chose est l’impersonnel et du même coup le non-substantiel. La pure extériorité de la chose n’est rien d’autre que son absence complète de substantialité. Il faut comprendre par là que face à la personne, la chose est ce qui ne se soutient pas de soi-même, ce qui ne se maintient pas de soi-même, ce qui glisse hors de l’apparaître et qui a besoin d’un autre pour être maintenu, pour être préservé, cet autre étant la personne. La chose ne peut se maintenir de soi-même parce qu’elle ne s’appartient pas, pure extériorité, elle n’ a aucune intériorité, c’est-à-dire qu’elle n’a pas le pouvoir de se rassembler en elle-même. La chose est cette présence qui ne se possède pas, qui du même coup, à la différence de la personne, ne peut présenter aucune résistance. Sa présence est en fait proche de la nullité, semblable à un vide. Face à la volonté libre, la chose est ce qui sans cesse est menacé de dispersion, de disparition. Ontologiquement, en tant que non substantiel, la chose est l’impossibilité radicale d’un maintien.

Ne se possédant pas, étant incapable de se maintenir, la chose, est, dans sa différence avec la personne, ce qui est d’emblée livré à la personne. Pour que la chose soit maintenue, il faut la possession. Comme la chose est incapable de se posséder, c’est seulement la possession de la chose par la volonté libre qui peut assurer le maintien de la chose. Incapable de se soutenir elle-même, la chose ne peut donc être que propriété. Autrement dit la chose n’acquiert un être substantiel que par l’appropriation. L’appropriation n’est donc en rien la destruction ou l’annihilation de la chose, elle est le rassemblement de la chose sur elle-même opérée par la volonté. Dans sa teneur ontologique, la chose, dans sa différence avec la personne, est destinée à l’appropriation, mais en tant que chose singulière, pas en tant que genre, puisque la volonté appropriante est une volonté singulière (l’air par exemple). L’appropriation est donc ce qui confère à la chose cette consistance qu’elle n’a ontologiquement pas dans le champ du droit qui est celui de la volonté libre.

De la différenciation de la personne et de la chose, du substantiel et du non substantiel, il résulte que la personne a le droit universel de s’approprier les choses, mais seulement les choses et pas les personnes. C’est pourquoi le droit de la personne comme droit sur les choses ne peut jamais concerner les personnes. Hegel peut alors refuser avec force la division romaine du droit privé en droit des choses (droit réel) et droit des personnes (droit personnel), comme son maintien chez Kant avec la différenciation du droit privé en droit réel, droit personnel et droit personnel-réel. Une telle division conduit en effet à envisager les personnes elles-mêmes comme des choses et donc comme du non libre, du sans indépendance, et sans possession de soi.

François Loiret, tous droits réservés.

#Hegel

60 vues

Posts récents

Voir tout

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Google+ Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© 2015 par François Loiret

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now